Kommentare Abstract
2005/1 Bibliotheken für eine lernende Nation: Beispiel Singapur/ Die kritische Würdigung des «Branchendudens»

Pour une meilleure connaissance des archives

Kommentare Abstract

En grande partie grâce aux recherches de leur directrice, Mme Catherine Santschi, les Archives d’Etat de Genève sont parmi les institutions d’archives en Suisse les mieux renseignées du point de vue de leur histoire et de leur contenu (voir pp. 21–22, bibliographie de référence sur l’histoire des Archives d’Etat de Genève).

En se dotant d’un Etat général des fonds12, elles informent leur public de leurs derniers développements. Il est intéressant de constater le chemin parcouru entre la publication du Guide des Archives d’Etat de Genève, de 197334, et celle d’aujourd’hui qui n’en constitue pas «la réédition, mais la continuation» (p. 8) (de nombreuses parties de textes sont reprises intégralement de la première), d’autant plus à relever que l’auteur des deux ouvrages est la même per- sonne, la seconde fois à la tête d’une forte équipe de collaborateurs. En 1973, les Archives d’Etat comptaient 5000 mètres linéaires et occupaient six personnes et quelques bénévoles; elles conservent actuellement 17 000 mètres linéaires et utilisent les services de dix-neuf personnes. L’essentiel des locaux de conservation, les bureaux et la salle de consultation, ainsi qu’un salle d’exposition se trouvaient en 1973 dans le bâtiment de l’ancien Arsenal, au No 1 de la rue de l’Hôtel de Ville. En 2004, faute d’un hôtel des archives, des parties de la conservation et de la consultation ont été délocalisées tour à tour depuis 1984 à la rue de la Terrassière 52, dès 1994, à la rue des Maraîchers, et en 1996 à la rue Henri-Fazy 2. Ce qui est relevé pour les Archives d’Etat de Genève, se retrouve généralement dans l’ensemble des dépôts d’archives suisses. La législation a également fortement évolué, entre les deux dates: en 1973, les missions des archivistes genevois se fondaient sur la première loi en Suisse sur les archives publiques du 2 décembre 1925, en 2004, elles s’appuient sur la loi la plus récente, en vigueur en Suisse, celle du 1er décembre 2000, dont la grande évolution est le passage de délais de réserve de confidentialité de 50 ans pour les archives ordinaires et de 100 ans pour les procédures pénales à des délais beaucoup plus courts: 25 ans pour les archives historiques; 10 ans après le décès de la personne concernée pour «les documents classés selon des noms de personnes et qui contiennent des données personnelles sensibles ou des profils de la personnalité».

La construction de la table des matières suit le plan de classement général des Archives d’Etat fixé par le règlement d’application de la loi sur les archives publiques du 22 août 2001 et qui combine, de manière souvent artificielle, les principes de pertinence (longtemps dominants encore au XX siècle) et de provenance; elle distingue l’ «Ancien classement», soit le Portefeuille historique, dit aussi «Pièces historiques», qui est la collection de pièces allant de l’an 912 (en fait un faux ou une copie falsifiée du XIIe siècle) à 1846; et le classement par fonds, organisé autour de 15 sections. Les «Collections annexes» clôturent l’organisation des Archives d’Etat de Genève. Au-delà des compléments documentaires dus aux accroissements intervenus depuis 1973, plusieurs sections ont subi de profondes modifications dont les plus spectaculaires sont la 5e «Administrations publiques» (75 pages en 2004 contre 11 pages en 1973), la 6e section «Archives judiciaires», introduite justement par les lois d’organisation judiciaire et bénéficiant des recherches publiées de Barbara Roth-Lochner sur les juridictions civiles56(15 pages contre 3); la 9e section «Département du Léman» qui profite du reclassement complet terminé aujourd’hui78; la 10e section «Archives notariales» dont la richesse a été soulignée par la thèse de 1997 de Barbara Roth-Lochner910; et enfin les 11e et 14e sections, respectivement «Archives de familles» et «Archives hospitalières», en forte expansion en raison de leur contenu. La consultation de l’ouvrage est aisée en raison d’un index très complet et d’une liste des 36 illustrations.

La nouvelle publication des Archives d’Etat de Genève est à l’évidence une étude de référence à combiner avec la consultation du site Internet des Archives d’Etat de Genève dont l’adresse (http://www.ge.ch/archives) est curieusement omise. Elle renoue avec la série amorcée en 1895 sur le plan national Inventare Schweizerischer Archive, par Rudolf Wackernagel et Paul Schweizer, dans laquelle aucune contribution de langue française n’a paru1112; Rudolf Wackernagel a fourni le résultat le plus achevé du répertoire général pour une institution en 19041314, alors que les Archives d’Etat d’Argovie peuvent s’enorgueillir de disposer du plus grand nombre de répertoires publiés pour un canton1516. En venant après le Guide des Archives publiques de Genève qui réunit en ligne des informations sur l’ensemble des dépôts d’archives du canton1718, l’Etat Général des fonds représente la clef de voûte de la volonté des professionnels de faciliter la recherche historique et l’inscription de la démarche dans la transparence administrative voulue par les autorités publiques. La démarche est exemplaire et devrait inciter les autres cantons à emboîter le pas, à un moment où la gestion des informations est un enjeu considérable, aussi et surtout pour les archivistes qui doivent afficher leurs droits et devoirs dans les processus d’élaboration, de diffusion et de conservation des données.

Archives d'Etat de Genève. Etat général des fonds, sous la direction de Catherine Santschi, élaboré avec le concours de Jacques Barrelet, Isabelle Colini, Anouck Dunant Gonzenbach, Nathalie Fanac, Pierre Flückiger, Martin Piguet, Danielle Proz, Roger Rosset et Barbara Roth-Lochner, Genève, Société auxiliaire des Archives d'Etat, 2004, 272 p.

Coutaz Gilbert 2016

Gilbert Coutaz

Après avoir été le premier directeur à temps plein des Archives de la Ville de Lausanne (1981-1995), Gilbert Coutaz a fonctionné à la tête des Archives cantonales vaudoises durant 24 ans (1995-2019). Il a présidé l’Association des archivistes suisses entre 1997 et 2001, après avoir été membre du Comité directeur de la Section des Associations professionnelles d’archivistes du Conseil international des archives entre 1992 et 2000. Membre de plusieurs comités de sociétés d’histoire, il est à l’origine en 1998 de Réseau-PatrimoineS Association pour le patrimoine naturel et culturel du canton de Vaud, en 2004 de COSADOCA (Consortium de sauvetage documentaire en cas de catastrophe), et en 2011 de Mnémo-Pôle. Entre 2006 et 2014, il a enseigné l’archivistique aux Universités de Berne et de Lausanne dans le cadre du Master of Advanced Studies in Archival, Library and Information Science (MAS ALIS) et est l’auteur de Archives en Suisse. Conserver la mémoire à l’ère numérique paru en 2016 (lire le compte rendu). Depuis son départ à la retraite (1er juillet 2019), il a été nommé membre d’honneur de l’Association des archivistes suisses (2019) et de la Société vaudoise d’histoire et d’archéologie (2020).

  • 1 L’ouvrage est en vente au prix de SFr. 30.– et peut être commandé directement à l’adresse électronique des Archives d’Etat de Genève, http://etat.geneve.ch/diae/site/interieur/archives/master-home.jsp
  • 2 .
  • 3 Catherine Santschi, Guide des Archives d’Etat de Genève, Genève, Société auxiliaire des Archives d’Etat, 1973, 56 p. C’est le premier guide d’archives de langue française paru en Suisse, 22 ans après la publication du premier ouvrage de ce genre en Suisse, Guiseppe Martinola, Guida dell’Archivio cantonale
  • 4 , Bellinzona, 1951.
  • 5 Messieurs de la Justice et leur greffe. Aspects de la législation, de l’administration de la justice civile genevoise et du monde de la pratique sous l’Ancien Régime
  • 6 , Genève, 1992, (Mémoires et documents publiés par la Société d’histoire et d’archéologie de Genève, 54).
  • 7 Signalons la parution récente de l’article de Barbara Roth-Lochner, «Le destin des archives du Département du Léman: une curiosité archivistique», dans Genève française 1798–1813. Nouvelles approches.
  • 8 Actes du colloque tenu du 12 au 14 novembre 1998, Liliane Mottu-Weber, Joëlle Droux (éd.), Genève, 2004 (Mémoires et documents publiés par la Société d’histoire et d’archéologie de Genève, 62), pp. 3–53 + carte du département.
  • 9 De la banche à l’étude. Une histoire institutionnelle, professionnelle et sociale du notariat genevois sous l’Ancien Régime,
  • 10 Genève, 1997, 812 p. (Mémoires et documents publiés par la Société d’histoire et d’archéologie de Genève, 58).
  • 11 Inventare Schweizerischer Archive
  • 12 , hrsg. auf Veranstaltung der Allgemeinen Geschichtsforschenden Gesellschaft der Schweiz, Beilage zum Anzeiger für Schweizerische Geschichte, 3 Teile, Bern, 1895 und 1899, Aarau, 1917.
  • 13 Repertorium des Staatsarchivs zu Basel
  • 14 , Basel, 1904, 834 S.
  • 15 Inventare Schweizerischer Archive, hrsg. auf Veranstaltung der Allgemeinen Geschichtsforschenden Gesellschaft der Schweiz, 3. Teil: Die Inventare der aargauischen Stadtarchive, 1. Abteilung: Zofingen, Bremgarten, Aarburg, Aarau, Baden, Lenzburg, Mellingen, hrsg. von Walther Merz, Aarau, 1917, 176 S., et Repertorium des Aargauischen Staatsarchiv
  • 16 , bearb. von Walther Merz. Inventare Aargauischer Archive. Erster Teil (Mittelalter bis 1803), 2 Bde., Aarau 1935. – Die Urkunden des Schlossarchivs Wildegg, hg. von Walther Merz, Aargauer Urkunden, Bd. 2, Aarau 1931. – Die Urkunden des Stadtarchivs Rheinfelden, hg. von Friedrich Emil Welti, Aargauer Urkunden, Bd. 3, Aarau 1933 (darin grössere Bestände im Staatsarchiv). – Die Urkunden der Johanniterkommende Rheinfelden und die Rheinfelder Urkunden des Deutschordenshauses Altshausen, hg. von Friedrich Emil Welti, Aargauer Urkunden, Bd. 4, Aarau 1933. – Die Urkunden des Stifts St. Martin in Rheinfelden, hg. von Friedrich Emil Welti, Aar- gauer Urkunden, Bd. 5, Aarau 1935. – Die Urkunden des Stiftsarchivs Zofingen, bearb. von Georg Boner, Aargauer Urkunden, Bd. 10, Aarau 1945. – Die Urkunden des Klosterarchivs Hermetschwil, bearb. von Paul Kläui, Aargauer Urkunden, Bd. 11, Aarau 1946. – Die Urkunden des Klosters Gnadenthal, bearb. von Paul Kläui, Aargauer Urkunden, Bd. 12, Aarau 1950. – Die Urkunden von Stadt und Amt Aarburg, bearb. von Georg Boner, Aargauer Urkunden, Bd. 15, Aarau 1965 (darin grössere Bestände im Staatsarchiv).
  • 17 http://www.geneve.ch/guide-arc.... Voir article de Dominique Zumkeller, «GAP: un Guide des Archives publiques de Genève», dans Arbido
  • 18 9/2001, p. 25.

Kommentare

*Pflichtfeld