Commentaires Résumé
2013/3 Parlons jeunesse – Reden wir vom jungen Publikum!

Editorial: La jeunesse n’existe pas en soi.

Commentaires Résumé

La question de la jeunesse est une des préoccupations sociales majeures des sociétés démocratiques.

La question de la jeunesse est une des préoccupations sociales majeures des sociétés démocratiques. Dans un contexte de vieillissement programmé, leur avenir se dessine toutefois à travers les générations naissantes. La crise économique et sociale qui frappe de nombreux pays en Europe aujourd’hui pèse fortement sur les moins de 25 ans et creuse les inégalités. En Suisse, la résistance à ce phénomène est plus forte, et il importe de préserver cet atout souvent associé au système de formation du petit pays fédéral.

Le mot est lâché: formation, mais aussi éducation, acculturation et donc accès maîtrisé à l’information, aux savoirs et à l’imaginaire. Inévitablement, les professionnels de l’information documentaire ont donc une responsabilité et un rôle à jouer, qui passe par les liens à nourrir avec les institutions de formation mais sans exclusive, tant il est vrai que l’enjeu est de vivifier et maintenir le lien entre les prestations des bibliothèques, des archives ou des centres de documentation et toutes celles et ceux qui se confrontent progressivement aux usages sociaux.

Parler de la jeunesse est donc au cœur de ce dossier d’arbido. Les angles proposés sont variés, à la mesure de la problématique. Premier constat: la jeunesse n’existe pas en soi. Les profils types (générations x ou y, young adults, adolescents), les catégories d’âge qui n’en finissent pas de se segmenter pour nourrir un business rassurant, doivent être interrogées, analysées, critiquées. Les réponses apportées par les institutions, dans un cadre scolaire ou non, tenant compte de la multiculturalité, méritent d’être connues comme doivent être connues les démarches patrimoniales qui permettent de comprendre comment les sociétés ont pensé leurs rapports aux jeunes dans l’histoire. C’est cette fenêtre sur le monde que nous vous proposons d’ouvrir modestement. Il s’agira de l’ouvrir plus encore, dans un autre numéro sans doute, lequel devrait pouvoir s’écrire par les jeunes eux-mêmes.

Avatar

Frederic Sardet

frederic.sardet@lausanne.ch 

Avatar

Annkristin Schlichte-Künzli

Dr. phil. Annkristin Schlichte-Künzli ist wissenschaftliche Archivarin im Staatsarchiv Thurgau.

Commentaires

*Pflichtfeld