Kommentare Abstract
2011/1 Streifzug durchs Web

Savoirsolidaire.net: le portail à visage humain de Bibliothèques Sans Frontières

Kommentare Abstract

Dans la dernière édition 2010 d’arbido, Danielle Mincio présentait l’action menée en faveur d’Haïti. Dans la foulée, et parce que la solidarité internationale est le parent pauvre (très pauvre) de bibliothèques elles-mêmes souvent pauvres dans nos propres contrées, l’intérêt suscité par l’action de Bibliothèques Sans Frontières (BSF), association créée en 2007 par l’historien français Patrick Weil, mérite d’être présenté.

BSF: une philosophie d’action

En janvier 2011, un an jour pour jour après le tremblement de terre, grâce notamment à un concert organisé au New Morning à Paris, BSF a bénéficié d’une inhabituelle couverture médiatique pour son programme en faveur d’Haïti. Cette médiatisation passagère ne doit pas occulter des projets qui touchent tous les continents, notamment de nombreux pays d’Afrique. La France figure aussi parmi les lieux d’action de BSF qui cherche à lutter contre l’illettrisme et la marginalité dans nos sociétés.

Parrainée par de belles figures de la littérature, BSF est structurée en sections, l’une en France (avec, en Midi- Pyrénées, une antenne spécialisée dans la formation à la reliure et à la conservation documentaire) et l’autre aux Etats-Unis (Libraries Without Borders USA). Une antenne mexicaine (Bibliotecas Sin Fronteras) est annoncée pour 2011.

BSF n’est de loin pas une association aux moyens équivalents de ceux de MSF, mais la philosophie qui fonde ses projets devrait rallier l’ensemble des acteurs économiques et sociaux intéressés par le livre.

Le point de départ de BSF, association créée en 2007, est de réunir ce que l’on a souvent l’habitude de dissocier: les métiers de la «chaîne du livre», i. e. les auteurs, éditeurs, imprimeurs, libraires et bibliothécaires. L’association cherche donc à soutenir prioritairement les bibliothèques des pays en crise, mais sans isoler leur action au sein d’une économie générale du livre et de la lecture. BSF dit vouloir proposer le don de livres aux pays en développement en cherchant à ne pas inféoder les structures locales de production et de diffusion à cet apport culturel. Dans ce contexte, BSF revendique 8 types de missions pensées dans leurs interdépendances socio-économiques:

  1. Construction de bibliothèques 
  2. Formation de personnel de bibliothèque 
  3. Structuration de réseaux de lecture publique 
  4. Sauvegarde de fonds documentaires et promotion des patrimoines culturels locaux 
  5. Partenariats entre les bibliothèques du nord et du sud 
  6. Création de plates-formes internet et de réseaux virtuels 
  7. Appui à l’édition locale 
  8. Recherche sur les pratiques innovantes en matière d’écrit et de NTIC

Ainsi, le don de livres s’inscrit dans une démarche aussi large que possible. Au premier chef, le don n’est pas le simple recyclage d’un «désherbage» vécu comme un surplus de notre société de consommation. Il s’agit de vérifier les besoins et les demandes des professionnels pouvant recevoir le don.

En outre, le don est pensé en symbiose avec la mise en place de structures de gestion de l’information, mises en réseau: locaux et personnel formé capable, comme en Europe, de développer des médiations culturelles avec la population. Bref, une action qui cherche à être un point de départ pour une démarche autonome des pays soutenus et qui fait du don un moment dans un cycle, que l’on espère vertueux et capable de nourrir une économie culturelle locale qui ne se limite pas à un feu de paille.

Le site de BSF: savoirsolidaire.net

Sur la toile, BSF a créé un portail pour les bibliothécaires francophones du monde entier, occasion pour eux d’échanger gratuitement, en toute transparence et selon une approche confraternelle qui suppose le respect de quelques principes-clés fondés sur la liberté de partager et de communiquer, le respect de la propriété et du contrôle de l’information par les utilisateurs, la communication libre de l’information proposée sur le site et l’égalité fondamentale entre les utilisateurs de «Savoir Solidaire». Des groupes thématiques permettent de créer des forums selon les compétences et les goûts de chacun (universitaires, bibliothécaires jeunesse, Réseau lire en Afrique, Etudiants métiers du livre, etc.).

Un site simple, efficace et bien dans l’esprit du temps. Pour les plus motivés ou les plus mobiles, peut-être est-ce aussi l’occasion de concrétiser son engagement en postulant pour des missions sur le terrain de 1 à 3 mois. Pour autant que les revenus de l’association, qui espère être reconnue d’utilité publique, se renforcent ... Affaire à suivre.

Les sites: 

www.bibliosansfrontieres.org 

www.savoirsolidaire.net 

www.librarieswithoutborders.or... 

Avatar

Frederic Sardet

frederic.sardet@lausanne.ch 

Kommentare

*Pflichtfeld

Abstract

Die Initiative «Bibliothèques sans frontières (BSF)» wurde 2007 vom französischen Historiker Patrick Weil ins Leben gerufen. Die Initiative kämpft gegen Analphabetismus und Marginalisierung. BSF ist in Länder-Sektionen unterteilt, es gibt einen Satelliten in den USA («Libraries Without Borders USA»), ein weiterer wird 2011 in Mexiko eröffnet werden (Bibliotecas Sin Fronteras). BSF will die Akteure der «Buchkette» (Autoren, Verleger, Drucker, Buchhandlungen und Bibliotheken) vereinen und zielt darauf ab, Bibliotheken in krisengeschüttelten Ländern zu unterstützen, ohne dabei die anderen Akteure rund um die allgemeine Buch- und Lesewirtschaft aussen vor zu lassen. Konkret unterstützt und schützt BSF das Recht auf den Bau von Bibliotheken, auf die Ausbildung von Bibliothekspersonal, auf den Aufbau einer öffentlichen Struktur für Lesende, auf den Erhalt von dokumentarischen Sammlungen und Förderung von lokalem kulturellem Erbe, auf Partnerschaften zwischen Bibliotheken des Südens und des Nordens, auf die Bildung von Internet-Plattformen und virtuellen Netzen, auf die Förderung der lokalen Druckindustrie, auf die Forschung über innovative Praktiken des Schreibens und der neuen Technologien.

Dabei sollen nicht nur «Abfallbücher» aus der Ersten Welt entsorgt werden, sondern es sollen die lokalen Bedürfnisse abgeklärt und abgedeckt werden. Ziel bleibt letztlich die Hilfe zur Selbsthilfe, angestrebt wird eine funktionierende, lokale kulturelle Wirtschaft. BSF hat ein Portal für alle französischsprachigen Bibliotheken der ganzen Welt geschaffen, das auf der Basis des Respekts und der Freiheit zu Teilen und zu kommunizieren, solidarische Aktionen fördert. Thematische Gruppen ermöglichen es, je nach Kompetenzen und Vorlieben Foren zu schaffen. Für mobile und motivierte Personen besteht sogar die Möglichkeit, sich vor Ort während 1 bis 3 Monat(en) zu engagieren.