Kommentare Abstract
2008/2 Die Wirtschaft der neuen Medien

La HES Fribourg: des solutions spécifiques pour l’Ecole d’ingénieurs et d’architectes EIA-FR

Kommentare Abstract

Une bibliothèque de haute école, destinée a priori à des étudiants et à des professeurs, suit une logique spécifique en matière de conservation et de mise à disposition des sources. La bibliothèque de l’Ecole d’ingénieurs et d’architectes de Fribourg (EIA-FR) ne fait pas exception à la règle.

Priorité aux services à la formation

Etant focalisée pour l’essentiel sur les services à la formation et à la recherche appliquée, la bibliothèque de l’EIA-FR n’a pas pour vocation de conserver les documents, mais plutôt de les mettre à disposition des étudiants et des professeurs. Cela dit, il convient tout de même de mentionner que l’EIA-FR dispose d’un fond très important de revues anciennes pour l’architecture et son histoire, quoique ce fond fasse figure d’exception dans ce cas précis.

Comment, dès lors, les documents produits par l’école sont-ils gérés et stockés? Le logiciel de banque de données utilisé ici est Invenio (voir descriptif sous: http://cdsware.cern.ch/invenio/index.html), une interface de gestion des documents développée au CERN. Invenio, que plusieurs sites utilisent également, dont RERO DOC, permet notamment de stocker les travaux de diplôme, lesquels sont automatiquement numérisés.

La page d’Invenio a été adaptée pour l’EIA-FR (appelée ici «University of Applied Sciences of Fribourg»; voir: http://doc.eif.ch/.) Si cette page ne comporte pas beaucoup de documents pour l’instant, c’est pour la simple raison que le projet en est à ses débuts. Cela s’explique également par le fait qu’il n’existe pas encore de directives ad hoc et que les travaux de diplôme et autres publications des professeurs n’y sont donc pas systématiquement enregistrés.

Les problèmes liés à la diffusion des travaux 

La mise à disposition et la diffusion des travaux de diplôme posent un double problème: il y a d’une part l’incontournable question du plagiat et, d’autre part, la confidentialité de certaines données qui figurent dans les travaux de diplôme.

Le plagiat tout d’abord. Les universités et les hautes écoles spécialisées le savent bien: la protection des données contre le plagiat est plus que jamais d’actualité étant donné la nature des nouveaux médias et la facilité d’accès qu’ils proposent. Les solutions retenues par l’EIA-FR sont relativement simples, quoique pas encore optimales: il s’agit soit de limiter les accès à la banque de données selon certains critères, en autorisant par exemple uniquement les étudiants ou les sections, soit de mettre en place des logiciels de repérage. L’Ecole est évidemment attentive à ce qui se fait dans d’autres établissements dans ce domaine et ses informaticiens planchent actuellement sur des solutions plus pointues.

La confidentialité de certaines données, ensuite. Un certain nombre des travaux sont faits en collaboration ou mandatés par une entreprise. Les données qu’ils contiennent doivent parfois rester confidentielles et ne peuvent donc pas être mises en libre accès. Cette situation freine indubitablement la mise à disposition généralisée de ces travaux sur un serveur ouvert et explique les réticences de certains professeurs qui hésitent à utiliser INVENIO. Epurer les textes ou caviarder des données demande du travail et n’est pas vraiment une bonne solution.

L’accès aux documents numériques

Les étudiants utilisent de plus en plus l’accès aux livres numériques et surtout aux articles de revues spécialisées en texte intégral, qui est financé par le Consortium des bibliothèques universitaires suisses (voir: http://lib.consortium.ch/index...). Le but de ce consortium est de négocier des licences afin de pouvoir accéder à des banques de données. Il s’agit de centraliser les licences et de les négocier en gros. La situation est néanmoins difficile ici au niveau financier car certains éditeurs ont réagi en augmentant leur prix! Il convient enfin de mentionner les pages Web 2.0 de l’EIA-FR, qui sont une aide supplémentaire à la recherche de toutes les ressources électroniques pertinentes sélectionnées par la bibliothèque (licences Consortium, licences de la bibliothèque ou libre accès sur le Web) (voir: http://del.icio.us/biblio_eiafr). Le même service est proposé aux étudiants germanophones (http://del.icio.us/biblio_htaf...).

Ces pages sur DEL.ICIO.US, site de partage social de marque-pages sur le Web, sont en constante évolution et permettent à la bibliothèque de suivre et de signaler à ses utilisateurs les adresses utiles dans leurs domaines d’intérêts.

Avatar

Marie-Claude Matthey

Responsable de la bibliothèque de l’EIA-Fribourg 

Kommentare

*Pflichtfeld

Abstract

Der Fokus der Bibliothek liegt auf der Zugänglichkeit der Dokumente, weniger auf deren Langzeitaufbewahrung (obwohl die Schule über einen bemerkenswerten Bestand an Dokumenten zur Architektur verfügt).

Der Bestand der Schule – u.a. die Diplomarbeiten – wird mittels der Datenbank Invenio (einer Entwicklung des CERN) verwaltet. Die Digitalisierung ist erst am Anlaufen. Die Veröffentlichung von Diplomarbeiten erfordert einen schwierigen Spagat zwischen der Verhinderung von Plagiaten und der Einhaltung von Datenschutznormen. Die HTA-FR sucht zurzeit noch nach einer vernünftigen Lösung (Zugriffsbeschränkung, Tracing-Software zur Nachverfolgung).

Den Studierenden und Dozenten stehen für die Recherche und Forschung u.a. auch die Sites von Web 2.0 zur Verfügung (über DEL.ICIO.US).